"Une vraie aventure humaine, un voyage dans nos contrées, avec le prisme des vieux bistrots"

Entretien avec Sylvain Bertrand, auteur du livre : "Bistrots, rades et comptoirs, récits d’un tour de Bretagne." Les photos sont de Yann Lestréhan.

Bonjour Sylvain, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis historien de formation. Je travaille actuellement au château de Châteaubriant, en Loire Atlantique. Et je suis aussi écrivain. J’ai publié deux livres avant celui-ci, « Le journal d’un hypocondriaque » et « Au rebord des gouttières » aux éditions de la rue nantaise. J’écris également des articles pour le webzine Imprimerie Nocturne.
Et puis, il y a Yann Lestréhan. Nous sommes partis tous les deux sur les routes, il y a un peu plus d’un an. Il est photographe amateur, infirmier, vadrouilleur, curieux, voyageur impénitent… Il est d’ailleurs en Nouvelle Calédonie en ce moment et pour quelques temps…

Que trouve t'on dans votre livre : Bistrots, rades et comptoirs, récits d’un tour de Bretagne ?

Ce qu’on y trouve… du récit… une sorte de petite épopée humaine. Je m’explique. On a pas voulu faire un guide des vieux bars… déjà parce que ce ne sont pas des bars, souvent (pas toujours), qui souhaitent avoir de la publicité, et puis parce que la forme du guide ne nous convenait pas.
Nous voulions écrire un récit comme une vraie aventure humaine, un voyage dans nos contrées, par un prisme particulier, celui des vieux bistrots… les bistrots, parce que ça nous parle. Les vieux bistrots, parce qu’il y a là une émotion particulière.
Ce qu’on y trouve donc, précisément, c’est une histoire, vraie, qui se déroule sur un peu plus d’un mois, de deux gars, partis en camion faire le tour des vieux bistrots de Bretagne…

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Avec Yann Lestréhan, nous avons déjà voyagé ensemble. Ailleurs. Au Cambodge. En Thaïlande. Au Pérou… et sur certaines routes d’Europe. L’amitié est le point de départ.
Tout commence ensuite par de la suze. On voulait absolument gouter la suze. Un jour, alors que nous flânions dans les rues de Lannion (j’y travaillais à ce moment-là), nous avons aperçu une vieille enseigne… avec écrit dessus « La porte de France ». Un vieux bistrot. A l’ancienne. Nous nous sommes dit que s’il y avait de la suze c’était bien ici. Nous sommes entrés et nous avons passés quelques heures au comptoir, à causer avec Mimi, la tenancière, et un gars qui faisait rouler sur ses lèvres un cigarillo. Finalement, il n’y avait pas de suze. Mais on est ressorti de là avec pleins d’idées dans la tête. L’envie de faire le tour des vieux bistrots. Pas pour écumer, ni pour chauffer le ballon de rouge, encore mois dans le but voyeuriste de plonger au cœur de curiosités qui ne sont plus, au premier abord, de notre génération. Mais pour aller piocher de belles histoires. Voir des cœurs joyeux. Pour parcourir la Bretagne différemment. Une sorte de périple initiatique. Nous en parlions, sans être certain que nous partirions vraiment. Et puis, en septembre 2014 on s’est appelé. On s’est dit « on y va, on le fait ce tour de Bretagne ». Nous sommes partis en novembre. En camion. Avec quelques boites de conserve. Des maquereaux en boite. Nos ordinateurs. Appareil photo. Carnets. Manteaux chaud. Nous ne savions pas exactement ce que nous voulions réaliser à ce moment-là. Nous avons fait le choix de vivre ce projet au jour le jour. De n’être aiguiller que par le bouche à oreille. De nous perdre sur les routes. De ne rien organiser. De voyager simplement sur les routes de Bretagne, à la recherche de vieux bistrots et de gens formidables. Et c’est au fur et à mesure que s’est construit le récit. Textes et photos.

Avez-vous des exemples de rencontres à nous raconter ?

J’en aurais plein.
Nous avons fait pleins de belles rencontres, comme je le disais. L’une d’entre elles nous a beaucoup touchées. Nous étions à Bulat-Pestivien, dans les Côtes d’Armor. Nous étions épuisés. J’écrivais dans le camion. Yann triait les photos. Un couple sortait du cimetière juste en face. Le soir tombait, tout violet. On rechignait un peu à aller dans le bar que nous avions prévu de faire le soir-même. Nous y sommes quand même allés. Le Ch’ty Coz. Deux bières. Petite chaleur réconfortante. Des tablées de jeunes. Une famille, avec père, mère, tante, amis, fils, fille, etc. Et une bande de jeunes qui débarque. Un jeu de chaise musical qui se met en place. On sort fumer une clope avec nos nouveaux potes. On rentre et les tables se sont mélangées. Un beau manège réjouissant. Après quelques coups sifflés on nous invite à manger avec la bande. Un filet mignon cuisait dans la longère. Avec les patates à l’oignon. Ils ont sorti le vin. Et le cidre du coin. On a ripaillé gentiment. Ça faisait longtemps qu’on s’était pas rassasié au chaud comme ça. On nous a proposé un lit pour finir. On est reparti le lendemain matin en ayant l’impression de quitter des potes d’enfance. Sincèrement.
Et puis tellement d’autres moments. Des accueils chaleureux partout. Par exemple, à Plozevet… on a été recueilli par un certain Lambert, pas loin de 70 ans. En sortant du bar « Chez Josette », il nous invite à venir boire du picon chez lui… rapport au fait qu’on en causait dans le bar. L’apéro chez lui tourne au petit bonheur… il nous raconte le Rennes des années 70 où il étudiait et fêtait sa jeunesse… on se découvre des connaissances en commun… je finis par cuisiner du poisson sur sa gazinière, il nous ouvre des bouteilles de vin, des Saint-Emilion, Pomerol et tout le tintouin de petites merveilles. Il accepte pas une seconde qu’on retourne dormir dans le camion, pour lui c’est clair, on dort chez lui… on se couche finalement tard les lèvres violacées par le vin.
Et les petits moments comme ça c’était tous les jours ou presque… une vraie petite aventure humaine.

Comment en savoir plus sur le livre ? Comment le commander ?

Pour en savoir plus, il est possible de se rendre sur le site de l’éditeur, dans la collection du papier timbré, coll....


Vous pouvez aussi lire des extraits sur le webzine, l’Imprimerie Nocturne, puisque nous avons écrit en direct des petits moments sur le off de ce site, sous le nom de Rade Trip.

Enfin, le livre est disponible dans toutes les librairies de Bretagne. En tout cas, s’il ne l’est pas physiquement il est possible de le commander partout.

Vues : 351

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2017   Créé par Corentin.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation