Communiqué 2016.09/404 - BreizhManif, Naoned/Nànnt/Nantes, le 27 septembre 2016

Quelles conclusions devons-nous tirer de la Breizh Manif organisée par Bretagne Réunie ce samedi 24 septembre 2016 ?

Faible participation ?
Que nous ayons été 10.000 (chiffres donnés par J.-F. Le Bihan, président de Bretagne Réunie) ou 5.000, ce qui nous paraît être plus réaliste, il était prévisible que ce rassemblement automnal fut moins mobilisateur qu'à l'aube de la réforme territoriale, au printemps 2014.
Contexte saisonnier ou politique, la date de ce rendez-vous était calée dès le début de l'année, largement suffisante pour mobiliser... Doit-on en conclure que la Réunification ne mobilise plus les Bretons, y croient-ils de moins en moins ?
Une chose est avérée : jamais l'État français n'acceptera de rendre la Loire-Atlantique à la Bretagne à moins qu'il n'y soit contraint, et il n'est pas moins sûr qu'il plierait sous les revendications d'un million de Bretons envahissant les rues de la capitale des ducs de Bretagne.

Mais où sont-ils passés ?
Certains remercient les personnalités qui se sont déplacées, certaines s'étant exprimées sur le podium, la grande majorité d'entre eux répondant toujours présent à ce rendez-vous : François de Rugy (sénateur), Marc Le Fur & Paul Molac (députés), Lena Louarn, Mona Bras, Stéphane de Sallier-Dupin (conseillers régionaux), Patrick Mareschal, Gilles Denigot, Nil Caouissin (porte-parole UDB), Olivier Berthelot (Prés. Parti Breton), Jonathan Guillaume (association 44=Breizh) et, pour première apparition, de Jocelyne Devriendt et Fabrice Chenal (association Bretagne en Marche)...
Curieusement, en dehors des derniers cités, aucun représentant de la société civile ! Lors de l'édition précédente, de nombreuses personnalités avaient répondu présent : Yann Quéffelec, Alan Stivell, Gilles Servat, Jean-Loup Chrétien (astronaute), Christian Guillemot (Ubisoft) etc.
Voir aussi : Précisions de 44=Breizh suite à la Breizh Manif et lancement d’un nouveau cycle pour la réunification de la Bretagne par 44=Breizh

Breizh n'appartient à personne et certainement pas aux élus politiques ! Les élus passent, la Bretagne reste en l'état, amputée, elle se déculturalise, la population se francise et Breizh s'enlise.
Breizh n'est ni de gauche ni de droite, ce concept français n'a aucun sens, elle est à l'Ouest, et toutes les obédiences bretonnes ont leur place dans tout ce qui la concerne. Si Breizh n'est pas encore libre, la liberté d'expression doit rester de mise dès lors que la haine de l'autre n'entre pas dans les débats.

La Réunification n'est pas la bataille personnelle de Bretagne Réunie, elle n'appartient pas plus aux partis politiques, qu'ils soient jacobins ou pas, pas plus qu'elle n'appartient à une association ou à un collectif ! Elle appartient à Breizh, à tous ses enfants sans exception, point barre ! Il est bien dommage que les uns aient essayé de tirer la couverture à eux et que d'autres aient essayé de les en exclure. Ces discordes n'ont fait que desservir la cause de notre présence et donner l'occasion aux média de détourner la raison de notre rassemblement.

Soyons pragmatiques !
La Réunification de la Bretagne est l'affaire de tous, des Bretons comme de tous les résidents des cinq départements bretons. Mais il appartient à tous les acteurs bretons de défendre leur Bretagne. Ces acteurs sont toutes les composantes de la société civile : associations culturelles, associations sportives, entrepreneurs, collectifs, artistes, intellectuels etc. Ils étaient invisibles samedi dernier, a contrario du rassemblement de 2014.
Considérons la Breizh Manif comme un échec afin d'en tirer des leçons ! Plus de quarante années de manifestations pour la réunification sans avoir obtenu gain de cause devrait donner à réfléchir ! Mais les échecs comme les drames ne doivent pas mettre fin à nos espérances et à notre optimisme.

Après la manifestation, nous avons arpenté jusqu'à très tard les terrasses des quartiers de Naoned pour rencontrer des Nantais dans les quartiers de la place du Commerce et du Bouffay notamment, et le constat est édifiant ! En grande majorité, ce qu'ils ont vu et interprété n'est que folklore, pour les uns nous revendiquions un Grand-Ouest, pour d'autres nous étions des "antifas" (l'une d'entre eux était pourtant bretonne native de Concarneau) et pour la quasi totalité des plus jeunes qui venaient à notre rencontre, leur connaissance de notre histoire était dramatiquement superficielle - du style, "les quatre-voies de Bretagne sont gratuites grâce à notre duchesse Anne de Bretagne" ou encore "On nous a dit à l'école que la Bretagne était à 130 km de Nantes" - et approfondie via wikipédia. Le sourire que l'on a pu lire sur les lèvres des moins jeunes témoignait tantôt de l'admiration et de la résignation pour un combat vain...

À nous donc d'occuper le terrain pour continuer à raconter la Bretagne, la vraie, non celle apprise dans les écoles de la République française ni celle rapportée par les média. À nous de convaincre en promouvant notre Breizh concrètement, pour les entrepreneurs bretons de Liger-Atlantel cela ne pose problème, tout comme il va de soi que nous devons être crédibles pour valoriser Breizh et démontrer qu'elle a des moyens et des solutions pour imposer une Bretagne autre que celle vendue par notre voisine France et l'Union européenne.

Il est impératif que nous ayons tous conscience de la nécessité à unir nos actions, rien de bon ne pourra sortir sans montrer le chemin à suivre, celui de l'Union de tous les Bretons que nous cherchons à créer avec d'autres.
Un projet tel que celui du Parlement de Bretagne (élections le 20 novembre 2016) initié par l'association KAD est un des outils qui permettra à des élus bretons de toutes obédiences de réfléchir et construire la Bretagne de demain, il représente à lui seul l'union de plusieurs volontés individuelles, mais d'autres projets collectifs font leur chemin, à commencer par celui de Bretagne en Marche qui propose à tous les acteurs bretons de faire démonstration de leur "savoir-faire" le long du canal de Brest à Naoned.

L'exemple de Bretagne en Marche
Cette initiative nous paraît en effet être opportune car concernant tous les acteurs bretons et intervenant à un moment où un essoufflement des mouvements bretons (Bonnets Rouges hier, réunificateurs aujourd'hui) semble être la conclusion que l'on puisse tirer de ces dernières années. Essoufflement qui n'a cependant pas atteint la détermination de beaucoup. Le projet récent de l'association Bretagne en Marche fut exposé sur le podium place de la Petite Hollande samedi dernier - la majorité de ceux qui étaient là connaissaient déjà son existence - et des tracts ont été distribués tout le long du défilé pour cet événement qui se déroulera du 18 août au 2 septembre 2017 tout le long du canal de Brest à Nantes. Jocelyne Devriendt (présidente de Bretagne en Marche) propose à tous les acteurs bretons de s'associer autour d'un projet commun, projet convergeant sur Naoned : 16 étapes sur 190 km où des Bretons proposeront leur Bretagne de demain. Ambasad Vreizh ne pouvait faire qu'adhérer activement à cette initiative, tout comme nous nous impliquerons pleinement dans l'organisation de la prochaine manifestation revendiquant la Réunification de notre Breizh.

Un festival pour la Réunification ?
Un rassemblement annuel est un passage obligé pour la Réunification qu'il ne faut pas passer à la trappe. Il doit permettre à tous de nous rassembler et d'y accueillir chaque fois de plus en plus de monde, du nouveau militant comme au visiteur. La formule de manifestation est certainement à revoir. S'il va de soi que son siège doit être à Naoned, un défilé dans les rues de la capitale des Ducs de Bretagne est insuffisant pour convaincre, montrer les "bienfaits" d'une Réunification de la Bretagne et les quelques interventions sur un podium restent stériles dans la mesure où elles sont adressées à des convaincus !
Défiler dans les rues de Pariz, la capitale où tout est décidé pour nous serait d'une autre portée, médiatique notamment, surtout qu'il est question de démocratie. La capitale française ne veut pas entendre la voix de notre peuple, elle mérite d'être dérangée bien plus que cela non ? Quant au pays, pourquoi ne pas penser à un festival se déroulant sur plusieurs jours, histoire de laisser plus de possibilité à tous d'y venir pour découvrir ce que Breizh propose ?
Breizh regorge d'acteurs et d'idées. Servons-nous en pour servir Breizh !

Un rapide entretien avec J.-F. Le Bihan en fin de manifestation nous donne l'espoir que le prochain rassemblement sera tout autre que l'édition 2016, promesse fut faite que dès octobre nous commencerons à tisser le cadre du rendez-vous prochain...


Ne baissons pas les bras,
Jamais!
Bevet Breizh !

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2020   Créé par Corentin de Breizhbook.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation