Quelle est lourde à porter l'absence d'une mamie
Mamie qui tous les soirs animait la séance
Mais qui a fermé les yeux, mort tu es misérable
Le vide s'est installé aux portes du néant.

Elle nous disait toujours avant son grand coma
Lorsque je partirai au delà de la terre
Surtout soyez joyeux et levez haut vos verres
Profitez de la vie et surtout pas de guerres

Tous nos enfants ici doivent vivre en harmonie.
Tu nous disais encore avec ta pointe d'humour
Qu'il faut vraiment se méfier des belles rousses
Qui selon tes idées avaient le feu aux trousses!

Nous t'avons bien vu plus jeune dans ta splendeur
Aider, surtout pardonner à tout détracteur.
Ta belle grandeur d'âme n'était pas légendaire
Tu rayonnais d'amour à faire rougir les pierres.

Quelle est lourde à porter cette absence scélérate
Dans ton caveau tu fustigeras les bellatres.
Comme tu disais encore: nous nous retrouverons,
A tous, un grand au revoir, mes frères des environs!


NB...Avec l'aide appuyée de mon ami disparu Gibert BECAUD!!

 

JK

 

Vues : 106

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

Commentaire de KERBER le 18 décembre 2014 à 0:15

Merci à toi

 

ma chère Daisy!!!

 

JK

Commentaire de pierre-mary the.atre.d.arts le 17 décembre 2014 à 10:39
durant notre vivant nous cultivons nos cristaux magnétite qui par la mémoire de l'eau voyage pour l'infini
Commentaire de KERBER le 17 décembre 2014 à 2:18

Je ne sais pas si c'est apprécié ou pas???

 

en matière de billets....je posterai surtout des poèmes divers et variés???

© 2020   Créé par Corentin de Breizhbook.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation