PASSE LE TEMPS, JE SUIS AILLEURS.

le Mont Saint Michel de Robert Galgoczi Dans le miroir de ton regard, c’est le soleil
Qui éclaire mes jours.
Si s’effaçait cette lumière,
Je serais la belle dormant dans son sommeil.
Pendant que le temps court
En attendant la meurtrière
Passe le temps jusqu’à mon heure

Passe le temps, je suis ailleurs,
Dans le tumulte de ton cœur, ma citadelle,
Résonne aussi le mien.
Si se taisaient ces vibrations,
Je deviendrais une créature immatérielle,
Pour qui les jours deviendraient vains,
S’enfuyant sans palpitations.

Passe le temps jusqu’à mon heure
Passe le temps, je suis ailleurs,

Dans le brasier si incendiaire entre tes ailes
Qui animent mes sens,
Si s’éteignaient ces vives flammes,
Je ne serais qu’un corps glacé sans étincelles.
Abandonné de ton absence,
Et solitaire de mon âme

Passe le temps jusqu’à mon heure
Passe le temps, je suis ailleurs,

Mais le miroir de ton regard c’est le soleil
Et le tumulte de ton cœur, ma citadelle.
Je ne suis pas la belle dormant dans un sommeil,
Dans le brasier si incendiaire entre tes ailes,
Mon corps, avec toi, n’est jamais, sans étincelles ;
Je redeviens une créature immatérielle,
Dans le brasier si incendiaire entre tes ailes.
Passe le temps dans le bonheur
Avec toi, je suis bien… ailleurs.

Vues : 110

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2020   Créé par Corentin de Breizhbook.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation