Camors. Le Sabot Camorien a trouvé son repreneur avec le finistérien Jean Boutros

Sylvie et Claude Simon ont fabriqué des sabots pendant une quarantaine d’années au Sabot Camorien, à Camors (Morbihan). Désormais à la retraite, le couple a transmis son affaire et son savoir-faire à Jean Boutros, venu de Quimperlé. L’inauguration de la reprise de la boutique a lieu le jeudi 21 juillet 2022

Claude Simon (à gauche), Jean Boutros, et sa fille, Manon Boutros, venue apporter son aide à son père, qui a repris le Sabot Camorien, à Camors (Morbihan).
Claude Simon (à gauche), Jean Boutros, et sa fille, Manon Boutros, venue apporter son aide à son père, qui a repris le Sabot Camorien, à Camors (Morbihan). | OUEST-FRANCE

Ouest-France Publié le 15/07/2022 à 11h00

À 45 ans, Jean Boutros, qui arrive tout droit de Quimperlé (Finistère), avait envie de changer de voie professionnelle. Lui qui était à la tête d’un camping à Baye (Finistère), il l’a vendu une quinzaine de jours avant le Covid. Puis pendant un an, il n’a pas été possible de trouver un travail à cause de la crise sanitaire.

Jean Boutros avait cependant déjà rencontré Sylvie et Claude Simon, artisans au Sabot Camorien, à Camors (Morbi... en décembre 2021, après avoir lu un article sur eux dans Ouest-France ​, assure-t-il. Il ne connaissait rien au sabot, mais des ressemblances avec son métier précédent l’ont particulièrement intéressé : Issu de la campagne, je suis très proche de la nature. C’est ce qui m’avait intéressé aussi au camping. S’y ajoutent le plaisir de rencontrer du monde, des gens gentils, tout comme au camping. La proximité de la nature, l’entreprenariat, le commerce et l’idée de faire plaisir aux gens qui recherchent un produit précis : toutes les conditions étaient réunies pour me plaire​, souligne le nouvel artisan camorien, qui a tout de suite adopté le sabot pour se chausser.

Il possède les sabots de sa grand-mère des années trente

Jean Boutros ne sait pas fabriquer des sabots ? Qu’à cela ne tienne. Claude Simon, né dans le sabot, s’était engagé à transmettre son savoir-faire à son repreneur. Depuis la mi-avril, je sabote avec Claude, glisse tout sourire le repreneur, qui possède chez lui,les sabots de ma grand-mère, qui datent de 1930​. Était-ce un signe ?

Sylvie et Claude Simon sont heureux de transmettre une entreprise qu’ils ont bâtie au fil des ans et des décennies : Nous avons passé quarante ans à améliorer ce chaussant. Si Sylvie, qui travaille le cuir, n’avait pas été là, nous n’en serions pas au niveau où nous sommes aujourd’hui, insiste Claude Simon. Nous sommes complémentaires.​ Toute leur vie professionnelle, ils l’ont employée à démontrer que le sabot est une chaussure idéale.

L’un des derniers sabotiers de France

C’est un métier d’avenir, ​affirme le sabotier retraité, qui a vu depuis ces dernières années un renouveau de sa clientèle.Les habitués reviennent, mais nous avons été étonnés de voir arriver une nouvelle génération de jeunes intéressés par ce produit local. ​Ce qui réjouit Claude Simon, car il a toujours refusé de fabriquer des sabots souvenirs, uniquement des chaussants. Comme lui, son repreneur continue à fournir le spectacle du Puy du Fou en sabots. Et nous sommes très heureux qu’après nous, Jean, qui reprend la boutique, sera l’un des derniers artisans sabotiers de France !

La saboterie de Camors est reconnue comme Entreprise du patrimoine vivant. Jean Boutros poursuit dans la même philosophie, que Claude Simon, avec du sabot à chausser. Les clients trouveront toujours des sabots avec ou sans chaussons, des galoches, des articles de cuir… J’envisage d’évoluer progressivement.

Claude Simon encourage les personnes qui ont déjà eu des sabots au Sabot camorien, à venir avec leurs anciens sabots, pour que ce soit plus facile au début.

Sabot Camorien, route d’Auray, 47, rue de la Forêt, Camors. Tél. 02 97 39 28 64. Ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 12 h, et de 14 h à 18 h 30. Inauguration jeudi 21 juillet 2022, à 18 h.

Vues : 47

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2023   Créé par Corentin de Breizhbook.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation