Communiqué n° 2016.06/395

ALERTE, Nos vignerons bretons menacés!

Hier, mercredi 8 juin, les vignobles Chesneau et Lusseaud ont reçu la visite des douanes. Samedi 4, ils avaient droit à un huissier!


Pourquoi cet intérêt?

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils dérangent! Lorsque des acteurs économiques agissent en toute légalité et se positionnent pour défendre l’identité bretonne des vins du pays nantais, bien évidemment, cela déplaît au pouvoir en place et aux concurrents qui eux, ont choisi la voie de la collaboration.
Lorsque le 2 juin, le collectif pour la promotion du vignoble nantais appella à manifester pour une grande et unique appellation « Vins de Bretagne » à La Haye Fouassière, devant le domaine de La Quilla (Domaine Vinet), force est de constater que cela a dû déplaire au président d’INTERLOIRE, qui n’est autre que Gérard Vinet.
Mais qu’est-ce donc qu’Interloire?

Cette organisation représente une quarantaine d’appellations de vins situés dans la vallée de la Loire, entre Nantes et Blois. Sont ainsi regroupés les vins du pays nantais (Muscadet, Muscadet Sèvre et Maine, Muscadet Maine sur Lie, Gros Plant), des vins d’Anjou (Anjou Rouge, Saumur, Saumur Champigny, Rosé d’Anjou, Rosé de Loire, Cabernet d’Anjou, Anjou Blanc, Saumur Blanc, Coteaux du Layon, Coteaux de Saumur, Crémant de Loire, Saumur Brut) et des vins de Tourainne (Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Touraine, Chinon, Vouvray).
Clairement: les vignerons du pays nantais qui ont choisi de rejoindre les vignerons de l’Anjou, du Saumurois et de la Touraine, ont choisi de défendre leurs intérêts en se positionnant pour une identité « Val-de-Loire », alors même qu’ils étaient implantés sur un territoire breton.

L’ignoraient-ils? Certainement pas! Autrement dit, c’est en connaissance de cause qu’ils ont choisi d’oublier le passé historique de leur vignoble pour adhérer à une organisation qui colle à la découpe artificielle qu’est la région administrative des Pays-de-Loire.
Ce positionnement est d’autant plus curieux qu’ils ne peuvent ignorer que la région Pays-de-Loire est amenée à disparaître, l’idée d’une Euro Région « Grand-Ouest » suivant toujours son cours dans la tête de certains. Nous vous rappelons pare ailleurs que par deux fois, l’UNESCO avait même dû intervenir afin de condamner les tentatives d’inscrire le château des ducs de Bretagne dans les châteaux de la Loire, précisant que géographiquement et historiquement, cela était un non-sens!

Aussi n’est-il pas étonnant qu’un huissier de justice soit envoyé par Interloire pour réclamer aux vignerons qui ne veulent pas ou plus y adhérer, leur Cotisation Volontaire Obligatoire (CVO). Parce qu’il est logique de promouvoir un vignoble situé en territoire bien identifié, les viticulteurs bretons se retrouvent aujourd’hui intimidés par une organisation qui perd de son influence au même titre qu’elle est nuisible à leur développement économique.
Géographie, topographie et climatologie constituent un point commun incontournable, une raison d’être, un terroir clairement identifié, s’appuyer sur ce qui est depuis toujours et non sur une nouvelle entité qui ne délocalisera jamais un vignoble, est un levier indispensable pour défendre une reconnaissance territoriale, nationale et internationale. C’est la raison pour laquelle est née, même si tardivement, cette idée de vouloir défendre des intérêts communs au sein d’une unique appellation: « Vins de Bretagne ».
La visite des douanes et d’huissier ne constituent rien d’autres que des tentatives d’intimidation et un début de harcèlement, le ou les commanditaires escomptent sur les difficultés économiques des uns pour faire plier les plus faibles au plus vite, isolant les plus irréductibles. Les domaines viticoles tels que le vignoble Vinet sont libres de ne pas vouloir adopter une appellation « Vins de Bretagne » même si grand bien leur ferait, mais n’ont aucun droit à imposer leur fantasme aux autres.

Puisqu’ils agissent en connaissance de cause, ils ne sont autres que des collaborateurs au régime oligarchique des pédélistes qui année après année n’a d’autre mission que de déculturaliser le pays nantais.
Se dresser contre les viticulteurs bretons c’est s’opposer à tout un peuple, à toute une Nation qui peine déjà à se faire entendre et respecter. Que les acteurs d’Interloire sache, qu’ils se mettent à dos tous les bretons, et il serait vain de croire que leurs exploitations pourraient survivre si leurs productions étaient boycottées en Breizh. Notre diaspora est présente aux quatre coins du Monde, l’ignorer est inconscient tout comme il est illusoire de s’appuyer sur la naïveté des consommateurs.

Soutenez nos vignerons bretons!

Nous alertons dès aujourd’hui tous les bretons, toute personne attachée à la provenance d’un produit et à l’importance de son identité et du patrimoine qu’il représente, à être vigilant quant à l’achat d’un produit usurpant le terroir qu’il représente. Si le simple achat d’un Muscadet est motivé par la qualité de son contenu, son identité est à prendre en compte. Derrière un cru, ce sont des centaines de personnes qui travaillent pour répondre à vos attentes, qu’elles défendent ou non vos valeurs: le label « Vins de Bretagne » révèle un patrimoine géographique, historique et culturel, ils sont ce que nous sommes et n’obéissent à aucune loi politique…..

Lettre de novembre 2012, Non aux CVO, Collectif Vignoble Nantais

Si comme nous, vous souhaitez rejoindre le collectif de= défense des victimes des corporations, cliquez sur le lien ci-dessus! L’adhésion  est libre et la cotisation aussi!

Petit article remontant à 2013 mais qui vous donnera une idée du problème Interloire:

Quand Interloire travaille contre l’AOC Muscadet (22 février 2013)

Vues : 111

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2021   Créé par Corentin de Breizhbook.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation