Les dunes sont désertes, la pluie a chassé les hommes.

           Le polystyrène pointé sur le premier cyprès est fragmenté mais quelqu’un l’a sommairement reconstitué, laissant le texte partiellement lisible. En revanche, les lettres s’effacent sur l’os de seiche. Quant à la croix, elle a disparu de l’arbre sacrifié, dont la ramure jaunit depuis la cime.

          Au bout de trois semaines, n’est-il pas temps que le lac disparaisse lui aussi ?

          Pourtant, aujourd’hui, il a encore grossi. Sa mini presqu’île est devenue un archipel. Je serai bien triste quand je le découvrirai réduit à une simple flaque au creux de son lit.

          Ce soir, dans l’obscurité, j’ai reconnu le cri étrange de je ne sais quel rare palmipède ou précieux crapaud. Ce cri, préventif ou défensif, les chiens et moi, nous l’avons entendu peut-être six fois depuis que le lac s’est reformé. Toujours la nuit, à l’issue d’une journée sans hommes dans les dunes, dès que nous entrons dans la zone du lac, jusqu’à ce que nous parvenions à quelques pas du bord; pas plus de cinq secondes. L’animal se terre alors dans le silence ou disparaît. .

          Je suis rapidement rentré satisfaire mes dernières obligations avant de m’endormir.

Vues : 10

Commenter

Vous devez être membre de Breizhbook pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Breizhbook

© 2017   Créé par Corentin.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation